Légèreté et recommandations variées : nos 10 clics de confinement

Vie de l'agence

Bon, on va pas tourner autour du pot, ça n’a échappé à personne qu’on est en train d’expérimenter une situation… inhabituelle. Alors plutôt que de rebondir sur une actualité anxiogène à base de décompte morbide et de débats trop souvent stériles, on vous propose de quoi vous occuper pendant le confinement. Parce que même si vous êtes en télétravail, il reste les soirées à occuper dans la chaleur de son intérieur.

On peut commencer par prendre la mesure des changements à l’oeuvre en regardant simplement par la fenêtre. Se dire qu’on respire un peu mieux, et qu’une ville avec moins de voitures, c’est éventuellement une idée à creuser, même si le silence peut parfois être angoissant quand on a l’habitude du tumulte urbain.

Ce sont toutes ces impressions qui se mêlent quand, à notre échelle, on visualise concrètement les conséquences d’une situation plus grande que notre personne. Et comme Fantassin est une agence web lyonnaise, la vidéo de Lyon Drone Service intégrée ci-dessous nous a particulièrement parlée. Nos impressions s’y projettent de manière plus large, et nous donnent à voir la ville comme on ne l’a jamais vu, avec des quais du Rhône vides. Quelques voitures parsemées. Et quelques coureurs qui semblent égarés.

Ramener un peu de légèreté

On a tous besoin de prendre des pauses. En général, et dans ce contexte en particulier. Parce que quand on se retrouve confiné, on accueille la légèreté à bras ouverts.

Pendant une semaine, Slate a mis en ligne chaque jour une « pause réconfort », avec une sélection de contenus bien foutus. On regrette par contre qu’ils n’aient pas prolongé cette parenthèse bienvenue, mais les cinq épisodes restent d’actualité pour tous ceux qui les auraient loupés, et vous amèneront sûrement vers d’autres clics : c’est par ici, puis ici, ou encore ici, et après ici, enfin par là.

On prend aussi les bonnes nouvelles. Ce qui tombe bien, vu que le compte Instagram « Les belles nouvelles » en propose une par jour, et même si c’est peu, ça fait quand même plaisir. Surtout à Joffrey, notre directeur artistique, qui parvient à recommander ce compte au milieu de nos rendez-vous professionnels en visioconférence.

View this post on Instagram

Le pétrolier norvégien Equinor renonce à chercher du pétrole dans la grande baie australienne, sanctuaire de biodiversité ! Après BP et Chevron, le groupe Equinor annonce à son tour l’abandon de ses projets d’exploration pétrolière dans la Grande baie australienne, au sud du pays, où vivent de nombreux animaux. La Grande Baie est une zone de vêlage pour les baleines franches australes et un sanctuaire pour le grand requin blanc, le grand cachalot, le lion de mer australien, l'albatros ou encore l'aigle pêcheur. Le pétrolier a estimé que ce projet, qui avait pourtant obtenu il y a deux mois le feu vert du régulateur australien, n'était "pas rentable d'un point de vue commercial". Si Equinor met en avant un manque de rentabilité, il s’agit aussi de se mettre en cohérence avec son objectif de neutralité carbone et de répondre à la pression de la société civile et des investisseurs alors que le fonds souverain norvégien prévoit d’exclure le pétrole de son portefeuille. Pour rappel, la compagnie pétrolière s'est engagée à réduire de 40 % les émissions de ses opérations à terre ou en mer d’ici 2030, soit 5 millions de tonnes de CO2 en moins par an. Le plan d’Equinor prévoit ensuite de les réduire de 70 % d’ici 2040 et d’atteindre la quasi-neutralité d’ici 2050 (📸 @curlycally | sources : Novethic, La Tribune, AFP) 🌍 #australie #australia #petrole #fuel #foragepétrolier #greataustralianbight #equinor #petrolier #energiesfossiles #fossilfuels #viesauvage #animals #animalovers #wildlife #naturephotography #ocean #protectocean #viemarine #marinelife #rechauffementclimatique #globalwarming #nature #environnement #lesbellesnouvelles

A post shared by Les Belles Nouvelles (@lesbellesnouvelles) on

Des recommandations en vrac

Beaucoup de sites ont publié pas mal de recommandations pour satisfaire sa soif de contenus culturels (ou pas), et perdre un peu moins de temps à parcourir des listes infinies où l’hésitation est constante. Alors on restreint un peu avec des propositions sélectionnées à la main.

On commence par le webzine musical Mowno, qui propose de quoi s’occuper pendant un bon moment, entre documentaires musicaux, vidéos de concert, mixes et remixes, mais aussi avec notre icône Marc Rebillet et ses shows en direct et en peignoir… On tient ici une sélection de qualité pour meubler avec goût de nombreuses heures.

On peut aussi revenir vers Slate, qui met régulièrement à jour son classement des films originaux Netflix.

Des trucs gratuits !

On a vu beaucoup d’entreprises, dans des domaines variés plus ou moins impactés par les mesures de confinement, proposer des abonnements, du contenu, ou des ressources gratuites. Et comme beaucoup ont déjà fait les gros titres, on va plutôt vous orienter vers des offres moins visibles.

Comme par exemple celle du réalisateur de documentaires sur le design Gary Hustwit, qui chaque semaine propose le streaming d’un de ses films, avec rotation chaque mardi.

Pour ceux qui voudraient profiter de la période pour se mettre à la vidéo et se perfectionner dans l’art du montage, Apple offre gratuitement son logiciel Final Cut Pro pendant 90 jours.

Des initiatives artistiques !

Plus que jamais, on a vu des créations en direct, des concerts streamés, des montages de stars qui chantent « Imagine », et même Jean-Jacques Goldman sur les réseaux sociaux. C’est dire si la situation est exceptionnelle.

Mais on a surtout retenu l’idée de Pénélope Bagieu d’une création collaborative, d’un cadavre exquis dessiné, né comme ça, instantanément, innocemment, sur Twitter.

L’idée, c’est de dessiner sa maison de confinement. Et au fil des participations, le projet s’est développé et a maintenant un site web dédié, qui est l’occasion de ramener un peu de fantaisie, de créativité, voire même de poésie dans ce moment particulier.

Le coin anglophone

Pour ceux qui souhaitent prendre le temps de consolider leur culture musicale, le Guardian a lancé une série d’articles intitulée Listener’s Digest, qui propose des indications sur la meilleure manière d’aborder la discographie d’artistes sélectionnés. Il y en a pour tous les goûts, de Rihanna à Kraftwerk, en passant par Curtis Mayfield, The Fall ou encore Alice Coltrane.

Le New Yorker a réalisé un reportage photo sur nos achats pendant la quarantaine, avec évidemment, du papier toilette, des couches pour bébés, et parce qu’on est aux Etats-Unis, de la junk food et du bacon qui dépasse de la poche.

Et les derniers articles FTS !

Au cas où vous auriez loupé nos dernières publications, de notre côté, on continue d’essayer d’expliquer nos métiers : nos deux derniers articles traitent de WordPress et de son éditeur de contenu Gutenberg. D’abord parce que ce sont des outils remplis de possibilités. Et dans le cas de Gutenberg, c’est l’occasion de réfléchir à notre rapport au changement, avec l’aide de Bip-Bip et Coyote.

On vous donne rendez-vous dans un mois pour une nouvelle sélection. D’ici là, plus que jamais, prenez soin de vous et de ceux qui vous entourent !