Fantassin pattern
Édito

SEO : on oublie tout et on recommence

Dans la famille du digital bullshit, nous demandons le SEO : Search Engine Optimization. Le référencement web, quoi. Parce qu’on n’en peut plus des consultants SEO improvisés, leur expertise de fumiste et leurs infographies de bonnes pratiques à deux balles. Et oui, on en croise (de plus en plus…), qui font passer des discours bidons pour de la science. 

Vous allez nous dire que c’est facile de critiquer tout ça, que votre beau-frère vous a propulsé en numéro 1 sur Google sur un créneau où il n’y a que vous.

Mais la facilité, c’est pas notre truc : on s’est sérieusement formé au SEO il y a quelques années. Ça nous a coûté un rein mais au moins c’est fait. Ensuite on a testé, encore et encore, échangé avec des cadors comme l’agence spécialisée 410 Gone, re-testé encore et encore. Et même si on continue à apprendre, notamment parce que les moteurs de recherche évoluent, on a déjà quelques éléments pour vous aider à y voir plus clair.

Vous n’avez pas besoin de SEO

Ou du moins, pas forcément. 

Le SEO c’est avant tout un outil parmi d’autres au service de votre stratégie. La première chose à faire, c’est donc de réfléchir et d’analyser : d’où provient mon Chiffre d’Affaires ? Du web ? De mon réseau ? Quel rôle mon site a-t-il dans ma stratégie commerciale (vitrine, vente en ligne, conversion…) ?

Déjà là, si vous remarquez que votre activité se porte très bien sans le web, pourquoi mettre toutes vos économies dans du SEO ? 

Ensuite, lever du poisson sur le web a-t-il un intérêt pour vous ? Contrairement aux idées reçu, la réponse n’est pas toujours « oui ». En réalité, cela dépend de votre secteur, de votre positionnement, de votre vision…

Si la réponse est toutefois « oui », posez-vous les questions suivantes : comment est-ce que je convertis mes visiteurs ? Qu’est-ce que j’en fais une fois qu’ils sont arrivés sur mon site (à part leur refiler un livre blanc co-écrit avec Wikipédia) ?

Il est toujours bon de rappeler que le but du SEO est de générer du trafic sur votre site. Lorsque vous attirez les gens sur votre site et que l’expérience de visite se conclut par un vide ou par de la frustration, vous ne vous étonnerez pas de ne voir personne revenir.

On ne le répètera jamais assez : le SEO fait partie d’un tout, et ne doit pas oublier de tenir la promesse faite aux visiteurs !

Attention, on n’est pas en train de dire que le référencement, avec ses techniques qui s’adressent aux machines, c’est inutile. Bien au contraire. Ce qu’on dit, c’est simplement que chaque outil doit être abordé avec réflexion, et pas parce que « tout le monde fait ça ». D‘ailleurs si votre voisin qui fait du SEO pour sa boîte se ridiculise (et ses équipes avec) dans une vidéo en direct parce que ça va générer du trafic sur sa page, vous feriez pareil ?

Le SEO, c’est comme un chat

Vous n’avez pas de chat ? Dommage, parce que ça faciliterait la compréhension. Mais on va essayer d’être clairs quand même.

Un chat, on s’adapte à lui et pas le contraire. On a beau le virer du canapé, à notre retour il est de nouveau installé. Ce qu’on essaie de vous dire avec ce chat un rien obstiné, c’est que l’approche d’un site « SEO » n’est pas du tout l’approche d’un site « corporate ». Et comme avec un chat, on finit par s’adapter pour lui laisser la place nécessaire à son bien-être et son épanouissement.

Pour bien comprendre la différence entre un site « SEO » et un autre, il faut se pencher sur l’origine même du référencement : les requêtes. À la base, l’objectif du SEO, c’est que votre page web soit la réponse à une recherche, une requête. Pour se rendre compte de cette vision, Google est même en train de muter d’un moteur de recherche à un moteur de réponse. Les SEO appellent ça des “ontologies” (c’est le terme scientifique pour dire qu’un mot clef seul ne suffit plus, mais qu’il faut maîtriser l’ensemble du sujet… et le montrer dans son contenu).

Un site orienté SEO (son architecture, son contenu) est donc basé sur un système de requête, et non pas sur des éléments liés à votre marque. Vous vouliez des grands textes poétiques, énigmatiques et lyriques ? C’est non. La requête doit être compréhensible par les moteurs de recherche. Tout comme on doit souvent sacrifier son beau canapé en cuir quand on veut vivre avec un chat…

Vous souhaitez présenter votre équipe, votre vision et votre belle histoire ? Désolé pour vous mais le SEO s’en moque, parce que ce n’est pas ça que les gens recherchent. Orientez donc plutôt le travail sur vos services, par exemple (ou sur d’autres contenus à détecter après une étude de mots clé), et on s’occupera de votre présentation corporate dans un second temps.

C’est compliqué ? C’est trop de contraintes ? Oui et non. Tout est une affaire d’équilibre. Et comme dans la cohabitation avec un chat, il s’agit de préservation des sphères d’épanouissement de chacun.

Disons le directement, vous ne voulez pas d’un site uniquement orienté sur le SEO : pour être honnête, ces sites sont souvent moches (et encore le mot est faible), avec du contenu pas franchement fait pour être lu (trop dense, pas de travail sur la lisibilité). Mais ils font leur job : il génèrent du trafic, ils convertissent, ils répondent à des requêtes ciblées et précises. Mais ils oublient tout le reste, et surtout l’humain.

Nous ce qu’on aime, c’est justement d’allier les problématiques de SEO (effets sur l’arborescence, sur le contenu) avec les ingrédients d’une expérience réussie (mise en page, compréhension de la navigation, univers graphique). C’est ce qui fait la richesse de nos échange quand on met FTS et 410 Gone dans la même pièce pour travailler ensemble sur un site ! Parce que la marque, l’identité graphique, le design, sont des éléments importants pour l’humain et moins pour la machine. Parce que la description détaillée des services est importante pour la machine et peut l’être moins pour l’humain. 

Satisfaire les deux mondes n’est pas toujours une démarche facile à mener, mais on commence à avoir de l’expérience pour trouver le juste équilibre ! 

4 astuces pour repérer un escroc du SEO

Maintenant qu’on a bien raclé le fond du pot sur le sujet (et encore, beaucoup nous disent qu’on a été gentils), on ne peut pas vous laisser vous faire avoir par votre beau-frère qui fait du référencement pour sa boîte de temps en temps (en se basant exclusivement sur le système de feux verts de l’extension Yoast). 

Alors voila pour vous un petit test de détection d’un escroc du SEO, le fameux « Quizz SEO Master++ ». Et quand vous en aurez fini, on vous rassurera quand même sur le sujet 😉
À vos marques ?

Lors de votre première rencontre…

Du coup, on fait quoi avec le SEO ?

Dans le web en général, le travail sur un produit (votre site, votre appli, etc) est un travail itératif qui s’inscrit sur du moyen et du long terme. Et ça, que vous le vouliez ou non. Le SEO est donc une histoire d’étude et de déploiement progressif. Parce qu’il faudra créer (ou faire créer) du contenu de qualité, le mettre à jour, puis travailler la conversion du trafic… 

Un bon conseil ? Ne cherchez pas à faire un perfect dès le début, étalez le travail et faites évoluer votre stratégie SEO en même temps que celle de votre entreprise. 

Un deuxième conseil ? Commencez déjà à créer du contenu. Et continuez, tout le temps. Vous êtes le mieux placé pour véhiculer votre savoir, votre passion et donc votre valeur ajoutée par rapport aux autres ! 

Enfin, il est bien sûr recommandé de s’entourer de professionnels du référencement (ceux qui correspondent aux deuxième et quatrième cas de notre test^^), pour adapter ces contenus aux exigences techniques du SEO, et leur donner toute la visibilité qu’ils méritent !