La conception graphique, c’est le moment où les artistes colorient dans les cases, en dépassant toujours un peu. Sauf que chez Fantassin, les artistes sont en fait des designers.

La différence ? Évidente, et source de débats passionnants : pour un designer, l’objectif est d’accoucher d’un produit compréhensible, pratique et élégant (la fonction et la forme). Un résultat au service d’objectifs précis préalablement établis. De l’art appliqué en somme. Et qui dit art appliqué dit processus, méthode. Understood ?

La conception graphique : méthode et cosmétique

Lorsque vous venez consulter Fantassin pour développer votre site WordPress, votre appli, ou pour imaginer votre nouvelle identité visuelle, nous vous embarquons dans un premier temps dans une phase d’étude.

Au travers des méthodes de co-conception, nous vous amenons à (re)penser l’ADN de votre projet, sa vision, mais aussi la pertinence de la stratégie que nous mettons en place.

Ensuite, nous approfondissons la réflexion avec un travail d’expérience utilisateur : quelles sont vos cibles, leurs caractéristiques et leurs attentes. De quelle manière allez-vous les capter efficacement pour vous intégrer à leur parcours. Et comment allez-vous les satisfaire, ou les surprendre !
Enfin, nous finissons par la phase de wireframe et de prototypage. Première étape du rendu visuel de votre produit : c’est la première matérialisation de votre bébé (la première écho quoi, celle que vous montrez à tout le monde : « oh qu’il est mignon ton prototype ! »).

Traduire l’artistique en pixels

Oui, enfin ! Et c’est à cet instant que tout le travail en amont va payer. Première étape : établir un benchmark visuel. Encore un nom anglais (qui rend malin en public) pour définir une idée simple : rassembler des références visuelles ou toute les inspirations pouvant nourrir la création.

Cette veille ne sert pas qu’au créatif. Lorsqu’on travaille avec nos clients sur des questions de création de logotypes et de chartes graphiques, il nous arrive d’utiliser ces inspirations comme moyen de communiquer.

En effet, lorsque vous n’êtes pas du métier, vous pouvez avoir du mal à nous communiquer votre ressenti sur ce que nous vous proposons. Et c’est dans ces moment que vous nous sortez « j’aime pas le bleu »… et qu’on commence à se perdre entre retour positif et retour sans valeur. Et qu’on perd le fil.
Pour éviter ça, on établit donc une sélection d’inspiration (images ou sites web), qui vous seront soumis. Il vous suffit ensuite de nous renvoyer l’ensemble en ayant supprimé les références qui ne font pas vibrer votre plexus solaire. Et hop, en deux-deux l’équipe aura des indications précieuses pour travailler !

Une fois le travail d’univers graphique établi, on peut commencer la production des outils numériques. Avec en première ligne, le webdesign ! C’est là (enfin, merci !) que votre site va prendre vie. Mais toujours avec méthode.

Explications.
Lorsqu’on design votre site (ou votre appli), on procède toujours par phases. Les premières propositions concernent généralement la page d’accueil ainsi qu’une page stratégique (une page produit pour un site e-commerce, un article pour un blog, etc.).

Après discussions et intégration de vos retours (plusieurs passes peuvent être nécessaires), on valide avec vous ces écrans clé, qui deviendront la base de la création des autres pages du site et de sa version mobile. Validations après validations, la création progresse jusqu’à sa validation finale. Easy, non ?
Et pour une appli ou une identité graphique ?
Concernant le design d’applications mobiles, le processus est le même (pourquoi faire compliqué ?). La phase de wireframes est souvent plus stratégique dans ce cas là puisque le nombre d’écrans d’une application est susceptible d’être très important : il est donc essentiel d’avoir un scénario précis de l’ensemble de l’appli.

Enfin, en matière de création graphique, il y a une démarche qui prime pour assurer la cohérence globale des supports numériques et imprimés que l’on conçoit : c’est la direction artistique.

Très simplement, la direction artistique consiste à établir une ligne créative, et à la faire s’exprimer sur tous les médias qu’on investit. C’est la vision globale qui prime, et non le détail. C’est ce qui explique en partie l’organisation des agences de design : les directeurs artistiques assurent la vision (au niveau macro) et les graphistes, web designers et autres UX designers développent le produit et travaillent les détails (au niveau micro).

Malheureusement, à l’image du développement web, un bon travail de direction artistique peut ne pas se remarquer, le résultat ayant l’air « naturel et simple ». À l’inverse, une direction artistique médiocre sur un projet se remarque tout de suite !

Creative WordPress Maker