Édito
Mg 4122 Neutre Ld

Construire sa vision créative et la faire vivre au quotidien

Depuis 2013, Fantassin a fait du chemin. Et plus particulièrement ces deux dernières années, où l’agence a construit une vraie équipe avec des recrutements qui portent un projet collectif sur le long terme. Et pour les deux associés initiaux, il a fallu changer de rôle autant que redéfinir les contours de l’entreprise, pour gérer une croissance ET une pandémie. Parmi toutes ces choses qui évoluent avec la vie d’une entreprise, il y a la vision créative. C’est sur ce sujet précis que Joffrey, à la tête du Design chez Fantassin, lance une grande étude sur l’année 2021.

Au lancement, Fantassin c’était un duo. Un créatif (qui code aussi) et un technicien (créatif). Bref, l’un chargé du Design, l’autre de la Tech. À l’époque, on ne parle pas encore de vision créative chez Fantassin. Un pseudo « style FTS » est porté par Joffrey (« la fonction d’abord, puis la gueule »), mais cette vision n’est pas clairement matérialisée.

Avec les années, on rencontre des clients, des projets, des pairs. Et cette vision s’affine de plus en plus, elle prend vie. Puis vient le moment de développer l’équipe. On accueille de nouveaux créatifs (designers ou développeurs), et on les guide de manière à ce que le collectif aille dans la même direction. C’est là que la vision créative est challengée. Car elle ne vit plus uniquement au travers d’une production graphique, mais aussi via le management ou encore le business.

C’est à ce moment qu’est apparue cette envie de développer le sujet de la Direction de Création. Quand la structure évolue et que les fondateurs prennent du recul sur la production, la question de la création devient un enjeu tout autre.

Prendre de la hauteur

Quand on parle de création dans le secteur du web ou de la communication, on pense souvent à la Direction Artistique (ou la DA, pour les intimes).

Étroitement liée à la production graphique, la DA concerne en général chaque projet, et ce de manière individuelle. On parle d’ailleurs de « Direction Artistique d’un projet », et non pas de « Direction Artistique d’une agence ».

Et c’est bien vis-à-vis de ce constat que l’étude se positionne. Prendre de la hauteur, oublier le « faire » pour favoriser l’étude de ce qui anime les directeurs créatifs, de ce qui les fait guider leur équipe dans telle ou telle direction. Plus encore, gratter pour découvrir l’intangible qui se transmet à un client, et qui le décide à engager telle ou telle équipe. Enfin, au delà du client, l’enjeu est également de saisir ce qui favorise l’engagement, ce qui suscite l’adhésion de tous les collaborateurs envers la vision de leur agence.

Penser au delà de l’esthétique

Un site web, une campagne de pub ou une identité, c’est un sujet stratégique pour beaucoup d’entreprises. C’est un élément déterminant pour transmettre l’ADN d’une boîte, et lui permettre de remplir ses objectifs. Et ça passe par des considérations plus complexes qu’un simple vernis graphique. 

Parfois, la réponse optimale n’est pas forcément glamour, ni forcément gratifiante pour le designer. Et pourtant, si on saisit toute les nuances de l’identité du client et de ses besoins, on peut aussi faire émerger de l’étincelle, réveiller autant le côté émotionnel et intangible que l’efficacité opérationnelle, dans un équilibre où tout est à sa place.

Et ça, c’est le témoignage d’une Direction de Création forte. Une orchestration puissante qui provoque de l’engagement, et favorise la mise en musique de tous les dispositifs à l’œuvre.

Pousser la réflexion au delà de sa vision propre

C’est sans doute le plus grand challenge d’un mémoire, ou d’une étude qu’on initie : découvrir ce qui se cache au delà de notre propre vision, au delà de notre propre expérience. Pour confronter ses idées, les enrichir, mais aussi pourquoi pas pour la conforter !

Parce qu’en fait, la vision créative c’est comme une lame qu’on affute. Elle se précise avec le temps, les rencontres, et au contact des points de vue. Encore et encore.

Aller au contact pour engager le débat

On se lance donc dans une série d’interviews de professionnels qui nous inspirent, des personnes qui sont portées par une vision, qui sont animées par quelque chose qui va au-delà de la simple recherche esthétique. 

L’idée est d’aller au contact, de lancer des discussions de fond sur la démarche créative de personnes qui évoluent dans des écosystèmes différents, qui utilisent des outils différents, qui ont en commun cette capacité de matérialiser et de défendre une recherche de sens dans leur processus créatif. Et de montrer que peu importe l’outil, la qualité réside avant tout dans la vision du designer. 

Tant qu’à faire, on va aussi explorer les manières d’affiner notre propre démarche créative, et qui sait, ces discussions resonneront peut-être chez les personnes interviewées !

On ne sait pas encore sous quelle forme on transmettra nos conclusions (une série d’articles ? Un mémoire ? Un site web dédié ? Un documentaire ? Un livre ?), mais à l’heure de la publication de l’article, nos sollicitations auprès des agences sont plutôt positives et cinq interview ont déjà été réalisées. Plusieurs autres sont déjà planifiées, et vous pourrez suivre tout cela sur nos story Instagram ou lors des premiers comptes rendus de Joffrey (qu’on relaiera, bien sûr).

Stay tuned !


Merci aux personnes ayant déjà participé à cette étude !
Cyril Izarn (nobl.tv), Jean-Frédéric Passot (cher-ami.tv), Julien Blanchet (rezo-zero.com), Camille Bondaz et Pierre-Yves Sage (maitrechat.com), Johan Debit (brandbrothers.fr).

Vous souhaitez nous recommander une personne à interviewer ? N’hésitez pas !